Le blog de grand-Pierre

Infos - états d’âme - le Vigan en Cévennes méridionales (Gard)...

Accueil > Construction d’un canot en bois > Construction de mon canot en bois - (Article 3)

Construction de mon canot en bois - (Article 3)

mardi 22 décembre 2009, par grand-Pierre

Enfin, la pose du bordé est terminée...

Vous avez pu suivre dans la même rubrique l’évolution (lente) du canot en bois que je construis latte après latte, vis après vis.
Et bien, visiteurs assidus, voici les dernières photos prises (décembre 2009) une fois la pose interminable des lattes du bordé (la coque pour les nuls) enfin réalisée.

Le canot étant- posé quille en l’air, il a fallu le retourner. Or, retourner seul un bateau de 4m80 alourdi par les formes des moules en aggloméré n’a pas été une mince affaire !

Après avoir désolidarisé le bateau de la base, je l’ai harnaché de sangles solides et levé avec un palan. Proue d’abord et poupe ensuite. Une fois le canot en l’air, suspendu aux solives de l’atelier, je l’ai fait ripper, toujours avec le palan et tourner petit à petit à l’intérieur des sangles jusqu’à ce qu’il se présente quille en bas. Puis je l’ai redescendu sur deux charriots à roulettes qui se révèlent très pratiques pour déplacer le tout selon les besoins.

Après un ponçage soigné de la coque interne pour éliminer les bavures de résine et rattraper la planéité (car certaines lattes étaient plus épaisses), le travail consiste à présent à découper les "varangues", ces morceaux de CP marine de 15mm qui, assemblées à la quille, prendront les membrures en sandwich, la face du dessous épousant la forme du fond et celle du dessus, coupée droit devant recevoir les lattes du pontage. (Voir le croquis de structure dans l’article n°1). Ces varangues seront au nombres de 38. La courbure du fond sera relevée avec un compas à trainer.

Le pont quand à lui est stocké sous forme de planches de 20mm dégauchies que j’ai trouvé chez un scieur local. Essence : Robinier (ou faux acacia). Le menuisier qui a usiné les lattes du bordé aura la charge également de celles du pont. La partie supérieure de celui-ci sera traitée avec des joints étanches de 5mm. Le bois ne sera ni stratifié, ni vernis car le Robinier est imputrescible.

Rendez-vous donc, pour les prochaines photos, au printemps, date à laquelle je pourrais recommencer à travailler la résine epoxy pour les collages et stratification. En hiver, l’atelier est trop difficile à chauffer et la résine n’aime pas le froid !

(Lire la suite = construction de mon canot en bois Article 4)

Articles précédents = Art. 1 - Art. 2

Pour vous faire patienter voici une vidéo sur la construction d’un canot en écorce de boulot par un canadien de talent qui, vous pourrez le constater ne se ruine pas dans les magasins de bricolage !

Messages