Le blog de grand-Pierre

Je panse donc j’essuie (Devise du palfrenier)

Accueil > Néo-libéralisme > Un traité pas si simplifié que cela

Un traité pas si simplifié que cela

mercredi 12 décembre 2007, par grand-Pierre

Sarko veut nous resservir le TCE sans consulter le peuple

Nous avons tous éprouvé une très grande déception, lorsque après cette victoire du 29 mai 2005, que nous pensions majoritairement de gauche, nous avons assisté au triomphe électoral insolant de l’ultra libéralisme au présidentielles deux ans plus tard. Beaucoup ont été assommés par ces résultats et trop découragés pour continuer à persévérer dans leur démarche citoyenne et leur engagement politique.

A présent, la droite française, soutenue dans ce funeste projet par une grande partie du parti socialiste, a mis en œuvre la ratification par voie parlementaire d’un traité européen dit « simplifié ».

Je vous donne quelques commentaires européens sur ce traité simplifié :

Allemagne "La substance de la Constitution est maintenue. C’est un fait." Angela Merkel, chancelière d’Allemagne,

The Daily Telegraph, 29 juin 2007 Espagne "Nous n’avons pas abandonné un seul point essentiel de la Constitution... C’est sans aucun doute bien plus qu’un traité. C’est un projet de caractère fondateur, un traité pour une nouvelle Europe." Jose Luis Zapatero, Premier ministre du Royaume d’Espagne, discours du 27 juin 2007

Irlande "90% [de la Constitution] sont toujours là... ces changements n’ont apporté aucune modification spectaculaire à l’accord de 2004." Bertie Ahern, Premier ministre de la République d’Irlande, Irish Independent, 24 juin 2007

République tchèque "Seuls des changements cosmétiques ont été opérés et le document de base reste le même."Vaclav Klaus, président de la République tchèque, The Guardian, 13 juin 2007)

Finlande "Il n’y a rien du paquet institutionnel originel qui ait été changé." Astrid Thors, ministre des Affaires européennes de la République de Finlande, TV-Nytt, 23 juin 2007

Etc. Etc. Je vous fais grâce de la suite qui est du même tonneau.

Ceci nous ramène à la case départ ; au début de la campagne référendaire de 2005 mais avec un calendrier lui aussi « simplifié », c’est-à-dire un délai très court jusqu’à la mi-février pour mobiliser l’opinion. Il y a là un double déni démocratique. D’une part dans la décision de ratification parlementaire (majorité qualifiée au parlement des 3/5èmes) et non par référendum, avec probablement le consentement de la majorité socialiste tournant ainsi le dos à son propre programme, et d’autre part, par le délai interdisant en si peu de temps, toute mise en place de la communication nécessaire à un débat démocratique. S’agissant d’un traité, non pas simplifié mais de portée constitutionnelle, il est permis de parler de putch néo libéral.

Nous étions en 2005 devant une muraille médiatique faisant propagande pour le oui au libéralisme européen. Nous nous trouvons aujourd’hui bien plus encore, confrontés à une information orientée, aux conseils de rédaction sous la pression des actionnaires majoritaires et milliardaires qui ont pour patronymes Bouygues, Lagardère, Arnault, Pinault, Dassault etc. (La France est le pays européen ou la presse est le plus concentrée entre quelques mains).

Ces derniers bénéficient de l’effet de souffle des dernières élections et disent représenter la droite moderne et décomplexée alors que ce ne sont que les bourgeois Louis Phillipards du troisiéme millénaire. Ils n’ont pas un instant renoncé à imposer au peuple leur vision néo libérale malgré leur échec de 2005.

Qu’y pouvons nous, nous les petits et les obscurs ? Tous les jours de mauvaises nouvelles nous assaillent, tant au plan national qu’international et la sinistrose nous guette ! Nous sommes tentés de nous réfugier dans notre jardin potager en attendant des jours meilleurs… Et pourtant… Il faut savoir que dans le monde entier, des états unis d’Amérique au Pakistan, en passant par l’Irak, l’Amérique du sud et le Darfour, des personnes s’impliquent pour défendre les contrats sociaux, les droits et les libertés et ce maillage recouvre la planète d’un immense réseau de solidarités.

« Citoyens de tous les pays, connectez-vous !... » auraient pu dire Marx et Enghel en 2007. Cette implication et cette prise de conscience sont certainement essentielles et pèsent dorénavant de leur poids sur les politiques des nations. De plus en plus, le rôle du citoyen engagé dans les luttes démocratiques acquiérera de la résonnance. Même si ces luttes n’ont pas automatiquement une traduction en terme de mandats parlementaires, (on le constate en ce qui concerne l’écologie) ou bien de pourcentage électoral, elle sont le creuset dans lequel l’ébauche des sociétés post libérales est peut être en train de se forger.

Cela se produira probablement plus vite qu’on ne le croie.