Le blog de grand-Pierre

Infos - états d’âme - le Vigan en Cévennes méridionales (Gard)...

Accueil > Néo-libéralisme > Delphine Batho sacrifiée aux lobbies

Delphine Batho sacrifiée aux lobbies

vendredi 5 juillet 2013, par grand-Pierre

La ministre de l’environnement vient d’être limogée pour "non-solidarité gouvernementale"...

Delphine Batho avait succédé au pied levé à Nicole Bricq en juillet 2012 au ministère de l’environnement, cette dernière ayant été déplacée pour cause de réticence à accorder des permis de forer aux pétroliers.

Dans une conférence de presse, notre jeune ex-ministre conteste le procès que le premier ministre lui fait d’avoir manqué à ses devoirs de solidarité gouvernementale en critiquant le budget amputé de son ministère (moins 7%). Elle met carrément les pieds dans le plat en nommant l’entreprise Vallourec, qui produit notamment des tubes de forage et dont le PDG n’est autre que le mari de la chef de cabinet de François Hollande.

Il est clair que les puissants lobbies liés aux pétroliers (dont Vallourec) et a l’industrie du nucléaire, ont obtenu son départ car elle affirme savoir que le PDG de Vallourec avait annoncé sa marginalisation au sein du gouvernement aux cadres de son entreprise bien avant son limogeage du ministère de l’environnement. Voir la vidéo

Alors que la transition énergétique est plus que jamais à l’ordre du jour de la planète, le gouvernement Ayrault ne sait que complaire aux lobbies et instituer une rigueur qui ne veut pas dire son nom. La démocratie interne au sein de l’exécutif sombre dans l’arbitraire imposé par Matignon ce que dénonce également Delphine Batho.

Face à ces crises structurelles, économiques et environnementales, le premier ministre, le président et leurs aboyeurs de service ne savent pas apporter de réponse cohérente et naviguent en eau trouble au lieu de redonner à la gauche un projet vers la transition porteur d’espoir et d’emplois à créer.

Il signent l’échec de leur mandat face au danger frontiste et leur incapacité à mener la politique dont le pays aurait besoin.

Quand à Cécile Duflot, depuis son ministère du logement, elle a daigné indiquer qu’elle avait réfléchi à une éventuelle démission. Mais seulement réfléchi... L’ex-présidente d’Europe Écologie les Verts a-t-elle compris que cela sentait trop fort le gaz (de schiste) ? [1] Quel crédit peuvent encore avoir les Verts, accrochés à leur alliance avec le PS Solférinien après ces désastres gouvernementaux successifs ? Aucun ; et il faudra se tourner vers le Parti de Gauche et ses propositions pour le passage à l’éco-socialisme pour aspirer un peu d’oxygène et retrouver un motif à espérer pour ceux de la génération de Delphine Batho, qui refusent d’être sacrifiés sur l’autel du fric.


Crédit illustration = Ysope


[1"Quand vous avez deux ministres de l’Écologie en un an qui sont virés comme des malpropres (...) vous êtes quand même en droit de vous interroger si vous devez continuer de jouer le rôle d’idiot utile ou faire tapisserie dans un gouvernement (...) qui n’a que faire de la transition écologique », a déclaré Noël Mamère."