Le blog de grand-Pierre

Je panse donc j’essuie (Devise du palfrenier)

Accueil > Ici tout le vigano-viganais > "C’est la What’s que j’préfère"...

"C’est la What’s que j’préfère"...

mardi 20 mai 2008, par grand-Pierre

Les délégués de la CdC du Pays viganais visitent les locaux.

Les délégués de la CdC ont été invités à une visite guidée par le propriétaire des lieux suivie d’une réunion sur place avec la présentation par Laurent Kauffmman du projet de plate-forme de restauration de voitures de collection.

La vastitude des locaux est royale soit 18 000 m² auxquels s’ajoutent 6000 autres m² constructibles. Autant qu’on puisse le constater à première vue, ils sont en bon état et équipés d’une alarme incendie ainsi que de plusieurs quais de transfert et d’une partie aménagée en bureaux.

Un rapide historique du dossier "What’s" fût évoqué par Laurent Pons, vice-président au développement économique, historique plusieurs fois interrompu par monsieur Chatelard, ex-vice-président, soucieux de rétablir quelques vérités essentielles.

Une polémique existe en fait à propos de ce dossier assez lourd financièrement pour la CdC concernant un vice de procédure dénoncé en son temps par le sous préfet. Selon Chatelard, il suffisait de voter le budget primitif (avec le projet What’s) pour que la procédure soit régularisée, ce qui n’a pas été fait, le bureau ayant estimé que ce projet devait être rediscuté.

Autre point de polémique : le prix d’achat estimé par certains comme trop élevé compte tenu des travaux importants de mise aux normes pour des activités diversifiées ainsi que des travaux d’aménagement prévus par le projet, ce qui porterait l’investissement global à hauteur de sept millions d’euros. Toutefois l’estimation ayant été faite "à la louche" on peut penser que des solutions moins onéreuses existent. Un point noir subsiste : le classement de la zone (R2) comme inondable poserait quelques problèmes.

Le projet de plate-forme de restauration de voitures de collection, présenté suite à ces débats, s’avère intéressant à plus d’un titre et s’attaque à une niche en plein développement concernant les voitures de collection.

Le challenge consisterait à regrouper des entreprises spécialisées dans un même lieu ainsi qu’une unité de formation aux métiers impliqués et également du gardiennage en boxes pour les vieilles voitures. Les premiers contacts ayant été très encourageants, Laurent Kauffmann pense que de nombreuses entreprises pourraient se rallier au projet et qu’une synergie et une mise en commun des structures et de certaines charges, ainsi qu’un loyer attractif seraient des arguments de poids.

Ce type de structure n’existerait pas encore en Europe et pourrait attirer de nombreux collectionneurs (600 000 voitures en France) désireux de faire entretenir et réparer leurs véhicules.

Une simulation des flux financiers montre que le budget du bâtiment s’équilibrerait avec un emprunt à 4 ou 5% et 20% de subventions, le reste étant abondé par les loyers ainsi qu’une installation photo-voltaïque rémunératrice en toiture (vente d’électricité).

A condition bien sur qu’il soit loué !

Bien sur, il y a des risques et des points à éclaircir. Par exemple, quel serait l’implication financière des entreprises ? Est- à une communauté de communes de porter le projet ? Le ratio investissement/emplois est-il raisonnable (150 000€ par emploi prévu dans un premier temps). La cohérence existera-t-elle durablement entre les entreprises ? Dans le cas contraire on peut se demander si le challenge est réalisable.
Facel Vega
Au final la décision doit être prise très rapidement de voter ou non ce budget car le compromis de vente arrive à terme le 14 juin et Vincent ne fera pas de cadeaux ! Le dédit en cas de rupture de l’accord sera de 100 000 € environ !

Décision sera prise de poursuivre ou non le 26 mai en réunion de CdC.

Messages

  • un qui sait ou dix qui cherchent

    christian fiot inventeur du projet "méca rétro" déposé en sous préfecture de le vigan en décembre 1996,ainsi que dans les mairies aux alentours et qui par enchantement est repris par un certain mr ducros et mr kaufmann,qu’en est-il depuis deux ans, ou sont les entreprises, maintenant ils s’orientent vers la formation, et dans deux ans, vers l’abandon faute de compétence, le budget envolé ?

    christian fiot exclu et ennervé de voir mourir son projet
    mes coordonnées 06 81 67 02 78