Le blog de grand-Pierre

Infos - états d’âme - le Vigan en Cévennes méridionales (Gard)...

Accueil > Néo-libéralisme > Un Batho de guerre

Un Batho de guerre

dimanche 10 février 2019, par grand-Pierre

Connaissez-vous l’écologie intégrale ? Bande d’ignorants assoupis sur le ventre grassouillet du consumérisme le plus béat ?
Non. Bien évidemment. Vous en êtes encore à utiliser les vocables surannés de "transition écologique" et de "développement durable", ignorants que vous êtes.
Le manifeste de l’Ecologie intégrale (Delphine Batho - Ed. du Rocher), si vous le lisez, fera de vous de nouveaux intégristes, sympas ceux-ci, mais fermement résolus à sauver ce qui reste de notre humanité et de notre planète.

Je dois dire que j’ai avalé d’un trait ce manifeste, un peu comme on écoute la sonorité flamboyante d’une trompette sonnant la charge de la cavalerie légère.

Nombreux sont les différents auteurs ayant lancé leurs cris d’alarme environnementaux et dénoncé l’immobilisme des états et de leurs leaders politiques. Delphine, elle, fait carrément un sort aux partis, qu’ils soient de gauche de droite, populistes ou écologistes.

Selon elle la société mondiale se déclinera désormais entre écologie ou barbarie, entre terriens ou destructeurs avec en perspective, la conquête du pouvoir par des terriens libérés des lobbies, des mafias et socialement refondés.

Elle nous donne un diagnostique chiffré terrifiant de l’état du monde vivant, du monde minéral ou climatique. Nous aurions devant nous douze toutes petites années pour réagir et diminuer nos émissions de CO² de 45% si l’on voulait que l’augmentation des températures moyennes reste inférieure à +2°C et peut-être même +4°C en Europe !!!

Objectif intenable par la COP 21 même si cet accord était appliqué ce qui n’est évidemment pas le cas.

Devant cette état d’urgence vital pour l’humanité, Delphine Batho renvoie dos à dos libéralisme et marxisme, comme étant des idéologies finalement toutes deux productivistes et destructrices de l’environnement. Ce qui n’est pas faux. Partant de ce constat elle passe un peu trop vite selon moi sur les concepts de droite et de gauche qui seraient devenus obsolètes et remplacés avantageusement par ceux de "destructeurs" et "d’écolos intégraux"...

Dominique Bourg indique dans sa post-face que ce manifeste ne constitue pas un programme, programme qui reste à construire collectivement avec les forces et les compétences disposées à se mobiliser pour arrêter cette loco folle qui va droit au mur.

Le radicalisme éclairé de Delphine, s’il nous mobilise, ne nous donne toutefois pas la recette politique pour parvenir à cet objectif. Elle cite quantité d’actions allant dans le bon sens, libération féminine, logiciels libres, résilience de l’état, démographie maîtrisée, taxation de la dégradation des ressources, économie permacirculaire et bio sourcée etc. C’est bien. Ce sont effectivement les bonnes recettes pour sortir de la spirale mortifère qui conduit l’humanité vers de sombres lendemains.

Je persiste pourtant à penser qu’il est imprudent de se dégager des concepts cités plus haut de "droite et de gauche", car la question du pouvoir d’une part, est à la base de tout changement et d’autre part, même si les marxistes ont été des productivistes peu soucieux d’environnement, il reste que les multinationales et les détenteurs de capitaux gouvernent actuellement le monde et pire : le possèdent et possèdent donc les moyens de continuer à le gouverner.

Comment leur arracher les manettes en douceur dans ces conditions ? Delphine Batho qui fût ministre en son temps comme Nicolas Hulot devrait l’avoir appris à ses dépends.

Un second problème, éternel celui-là, se pose aux décideurs politiques : L’inertie.

Il faut bien dix bonnes minutes à un cargo chargé pour amorcer un changement de cap et répondre à la sollicitation du gouvernail... Dans des sociétés aussi complexifiées que le sont les états européens, un fonctionnement (bon ou mauvais, et d’ailleurs plutôt mauvais) est en place. Les maçons maçonnent, les voitures roulent, les gens travaillent, les fonctionnaires sont rémunérés en temps et en heure, le poubelles sont collectées etc.

Pour initier un nouveau paradigme politique et économique il est extrêmement difficile d’infléchir les choses avec brutalité sans risquer un blocage, ce qui serait sans doute pire que le remède. Une grève générale en serait un bon exemple, blocage catastrophique pour une nation en conversion.

Si elle ne veut plus entendre parler de droite ni de gauche, Delphine s’en prend tout de même aux lobbies et aux mafias, au CETA (accord économique libéral entre le Canada et l’UE), aux hauts fonctionnaires en conflit d’intérêt avec des groupes privés, à l’optimisation fiscale, aux populistes fascisants etc. ce qui me rassure un peu sur son positionnement politique !

Donc, et pour conclure, chers ignorants assoupis, je vous invite à vous ruer chez votre libraire préféré pour commander le Manifeste de l’écologie intégrale avant que l’économie circulaire locale ne le convertisse en abat-jour ce qui serait un comble concernant un ouvrage aussi éclairant !

Nous voulons tous des coquelicots ! Ouai ! Ouai !

Un article antérieur sur l’environnement "ministériel"