Le blog de grand-Pierre

Je panse donc j’essuie (Devise du palfrenier)

Accueil > De tout et de rien > Des tronçonneuses pour nos préfets

Des tronçonneuses pour nos préfets

Identification des arbres dangereux

vendredi 13 février 2015, par grand-Pierre

Le nombre des victimes de la route est en augmentation en 2014. Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur met en place 26 nouvelles mesures pour faire baisser l’indice. Mais il demanderait par la même occasion aux préfets de lui dénoncer les arbres d’alignement dangereux pour la circulation.

La route tue hélas encore trop souvent chaque année et en 2014 ce sont 3388 personnes qui ont perdu la vie suite à un accident de la circulation, soit 120 de plus que l’année précédente (3,7%).

Ce score intéresse malheureusement pour eux les piétons, les cyclistes et les cyclomotoristes plus que les automobilistes ou les poids-lourds. [1] Les accidents sont également statistiquement plus graves.

Les principales causes

- une conduite sous l’emprise de l’alcool
- un excès de vitesse
- l’usage du téléphone au volant
- un obstacle fixe
- la fatigue et à la somnolence au volant
- une conduite sous l’influence de stupéfiants
- une conduite sans permis
- un non-respect des distances de sécurité

Or, à la lecture attentive de cette énumération, on découvre qu’il y a un "intrus" qui s’est glissé dans la liste. En effet chaque item énonce une infraction au code de la route. Même la somnolence en fait partie car les chauffeurs routiers, par exemple, doivent obligatoirement respecter des périodes de repos.

Par contre, le quatrième : "Un obstacle fixe" ne représente pas en soi une infraction. Que vient-il donc faire dans ce catalogue des attitudes accidentogènes ?

Entièrement d’accord avec le ministre Cazeneuve

Pour faire face à cette recrudescence des accidents, Bernard Cazeneuve prend le taureau par les cornes [2] et annonce 26 mesures nouvelles pour compléter l’arsenal existant :

- Sensibiliser, prévenir, former
- Protéger les plus vulnérables
- Lutter sans relâche contre les infractions graves.
- Améliorer la sécurité des véhicules et des infrastructures

Personne ne saurait critiquer cette volonté plus qu’honorable d’éradiquer le danger qui nous guette tous au coin de la route ou en ville et ces mesures vont tout à fait dans le bon sens.

Pour votre meilleure information, vous les trouverez détaillées en pièce jointe.

Les infrastructures et l’arbre, obstacle fixe

Toutefois et à propos des infrastructures routières, devant les journalistes, le ministre aurait évoqué l’envoi aux préfets d’une circulaire afin qu’ils identifient les arbres les plus dangereux. Le journal Politis l’a d’ailleurs repris sous la plume de Claude-Marie Vadrot.

De nombreux élus, locaux ou non, continuent de penser qu’il faut supprimer les arbres d’alignement le long des routes car ils constitueraient des obstacles dangereux en cas de sortie de route. D’autres arguments viennent battre en brèche cette théorie ; théorie bien souvent reprise sous le coup de l’émotion survenant à la suite d’un accident grave et peut-être aussi emprunte d’une pointe de démagogie opportune de la part des élus locaux.

Pourtant les alignements favoriseraient la prise de conscience de la vitesse par un effet de défilement (ce qui aurait finalement pour effet de réduire cette vitesse) et renforceraient la lisibilité des trajectoires dans les virages. De plus les automobilistes et motocyclistes peuvent êtres protégés par des glissières de sécurité judicieusement placées devant les arbres. [3]

Une bonne occasion pour réaliser d’autres visées ?

Mais y-aurait-il de bonnes raisons et des arguments plus percutants pour supprimer ces arbres autres que le supposé danger qu’ils représenteraient ?

Des mauvaises langues colporteraient des rumeurs au sujet de la pose de fibre optique, enjeu structurant de notre ère désormais numérique. Pose qui serait impossible à proximité des arbres à cause du système racinaire. Les opérateurs, dans ce cas, seraient contraints de se rendre propriétaires du linéaire situé sur les terrains privés attenants à la route ce qui augmenterait considérablement les coûts.

D’autres considèrent qu’une fois les arbres abattus, il serait facile de procéder aux élargissements de routes et que les collectivités n’auraient plus à supporter les frais d’élagage et de surveillance. Si l’on s’en tient à ces considérations aussi terre à terre que pragmatiques, nous nous éloignons assez vite de l’argument de la seule sécurité routière !

Ombrage et paysages

Alors, les arbres d’alignement, une nouvelle ZAD ? [4]

Nos platanes sont gravement menacés par Ceratocystis platani, ou chancre coloré du platane développé par ce champignon très agressif. Les arbres du canal du Midi, voûte végétale tutélaire au-dessus des eaux, sont en train de disparaître ce qui représente une catastrophe économique pour les loueurs d’embarcations et le tourisme fluvial des villes traversées par le canal.

S’il fallait en plus sacrifier nos routes ombragées et les beaux paysages arborés de France pour installer des tuyaux, quel intérêt ? Vraisemblablement pas celui de l’automobiliste qui a, encore aujourd’hui, la chance de ne pas parcourir uniquement chez nous des autoroutes à péage ou des entrées de ville encombrées de panneaux publicitaires... A condition bien sûr de ne pas rouler trop vite ni de téléphoner au volant avec deux grammes d’alcool par litre de sang lorsqu’il circule entre les arbres !

Patrimoine végétal

Avec le développement d’un tourisme à volonté durable, le patrimoine, même modeste connait un regain d’intérêt et bénéficie d’un arsenal de protections diverses, depuis le périmètre établi autour de vénérables monuments classés jusqu’au chantier d’insertion travaillant à la réfection d’un vieux lavoir rural.

Les arbres, à la condition d’être remarquables, bénéficient eux aussi d’une certaine considération, participant de l’attrait de la région où il se trouvent.

Avant d’être remarqués et donc remarquables, les arbres doivent pouvoir vivre longtemps et mener leur croissance à l’abri des tronçonneurs et des malveillants. Mais le plus souvent, les aménageurs ne possèdent pas cette fibre végétale chère au cœur des écolos et considèrent le patrimoine arboré comme éphémère, le plus souvent gênant et de moindre intérêt patrimonial. Tandis que le béton lui...

Il est certain que le béton est un produit bon marché, solide et durable et peu sujet aux attaques cryptogamiques, même s’il présente l’inconvénient de ne pas repousser lorsqu’on le coupe.

Tout compte fait, une sacrée chance pour nous !

Supplique aux préfets

Messieurs les préfets s’il vous plaît, ayez la gentillesse de ne pas oublier en rédigeant votre rapport sur les arbres dangereux pour la circulation automobile, que ces humbles végétaux permirent néanmoins aux troupes napoléoniennes de circuler à l’ombre en partant au front défendre notre république libre, égalitaire et confraternelle.

Et insistez pour que monsieur le ministre Cazeneuve demande plutôt aux automobilistes de ne pas trop appuyer sur... Le Ceratocystis. [5]


[1Les statistiques concernant les motocyclistes étant stables.

[2Si l’on peut le dire comme ça en parlant du grand patron des flics !

[3Il en existe en rondins de bois beaucoup plus harmonieuses que celles en métal.

[4ZAD = Zône à Défendre.

[5Champignon