Le blog de grand-Pierre

Je panse donc j’essuie (Devise du palfrenier)

Accueil > De tout et de rien > Palestine de misère

Palestine de misère

lundi 28 juillet 2014, par grand-Pierre

Les faucons d’Israël sont à l’ouvrage : Tsahal boulot !
Des enfants déchiquetés par les obus israéliens à Gaza.

Les infos pleuvent, terribles. Le sang ruisselle sur Gaza, celui de ces gens que l’on nomme des civils lorsqu’ils meurent sous le feu des militaires.

Les mots pleuvent, ruissellent ; comme les mots de l’ONU, les mots des américains, les faux mots d’apaisement, les mots de façade.

Les reportages se vendent trop bien ; mots de reportage, images de fumées, chars en batterie, lourdes masses vomissant la mort sur les femmes et les enfants. C’est la guerre ; les troupes au sol passent à l’action. 600, 700, 800, des milliers de morts "civils", des milliers de blessés. Mais où se trouve donc l’armée adverse ?

Les guerriers meurent aussi mais nettement moins... Le méchant chat qui fait pas miaou, prêche depuis Tel-Aviv contre les lanceurs de roquettes du Hamas qui seraient embusqué dans les écoles. On détruit les tunnels anti-blocus. Si si, c’est bien lui le petit général égyptien tout juste bon à reboucher les trous.

Un jeu plutôt trouble à Gaza entre ceux qui font parler la poudre et qui confortent ainsi leurs pouvoirs respectifs (Hamas et droite israélienne) en bloquant la reconnaissance de l’ONU demandée par le Fatah et de ce fait tout espoir d’apaisement.

Hollande, l’homme fort en son pays, demande aux israéliens de la modération. Tuer, mais modérément, raisonnablement. Pas trop d’enfants si c’était possible, merci bien. [1]

Le mont du Golgotha a-t-il à jamais maudit ces régions depuis qu’on s’y bat pour des croix et pour des croissants ? Jérusalem, ville crucifiée, enkystée par ses chapelles innombrables et condamnée comme l’ombilic d’un monde saignant d’une hémorragie perpétuelle.

Faudra-t-il qu’elle soit détruite un jour pour enfin retrouver la blancheur de la colombe dans le ciel de Palestine ?

Priez, semeurs de mort, priez vous qui le savez faire si bien. Et que le remord vous poursuive jusque dans la tombe comme tous ceux qui ont tué des enfants et dont les nuits sont depuis devenues interminables.


[1Il ne faudrait pas confondre les gouvernants israéliens avec les méchants russes et leur infliger également des sanctions en bloquant leurs avoirs dans les banques européennes ! (Crimée châtiments - Editio princeps)...