Le blog de grand-Pierre

Infos - états d’âme - le Vigan en Cévennes méridionales (Gard)...

Accueil > De tout et de rien > Non le Front National n’est pas néonazi, ah mais alors pas du tout (...)

Non le Front National n’est pas néonazi, ah mais alors pas du tout !

un procès très instructif

mercredi 5 février 2014, par grand-Pierre

Devant le tribunal de grande instance de Paris, Frédéric Chatillon, un proche de Marine Lepen, demandait le retrait de certains passages du bouquin de Frédéric Haziza "Vol au-dessus d’un nid de fachos" (Fayard) qui le qualifiait de néonazi et de négationniste.

Défendre son honneur

Frédéric Chatillon de l’agence de communication Riwal sur laquelle nous reviendrons, attaque en justice le journaliste Frédéric Haziza pour les passages de son livre le stigmatisant comme "néonazi" et "négationniste" (de la Shoah).

A quelques semaines des élections municipales pour lesquelles les sondages nous prédisent une forte poussée du Front National il n’est pas inintéressant de rendre compte de ce procès.

Le noyau de l’extrème-droite, dur, convaincu, anti-sémite, xénophobe, anti-communiste et anti-parlementaire ne représente qu’une toute petite fraction de l’opinion dans notre pays. Il s’est néanmoins révélé menaçant pour nos libertés républicaines sous l’occupation nazie, durant le régime collaborationniste de Vichy et avec la tristement célèbre milice de noir vêtue, ainsi que pendant la crise algérienne avec l’émergence de l’OAS, allant jusqu’à tenter d’assassiner le chef de l’état dans l’attentat du Petit-Clamart en août 1962.

Anti-Dreyfusards, ligues, partisans de Doriot, Pétinistes de la collaboration, Poujadistes, GUD, Ordre nouveau, Œuvre française puis... Front national. Les leaders et les mouvements se succèdent dans notre histoire. Les groupuscules sont nombreux : Alsace d’abord, Bloc identitaire, Jeune Bretagne, Nouvelle droite populaire, Renouveau français. [1] Ces derniers sont les plus agités.

Le FN, un parti de démocrates

Le Front quand à lui, stratégie oblige, préfère communiquer sur une image désencombrée de ces "scories" fascisantes. Il est nécessaires d’élargir la base électorale et ces groupuscules repoussoirs risqueraient d’effaroucher l’électeur prêt à donner sa voix pour un France plus juste et sans immigrés (sic). Il est donc urgent pour sa présidente de dé-diaboliser le parti !

Marine Lepen, pour lisser cette image fasciste et camoufler sous le tapis les saluts hitlériens et autres quenelles ; et également pour faire un tant soit peu oublier les saillies négationnistes et antisémites de son père, a recours, comme de nombreux personnages politiques, à des agences de communication. En l’occurrence en 2012 à l’agence Riwal de Frédéric Chatillon.

La bonne com

Croyant probablement faire lui aussi œuvre de dé-diabolisation, et pour blanchir son image, Frédéric Chatillon attaque en justice ce journaliste qui l’accuse d’être facho. Malheureusement pour le Front national les révélations de témoins au cours de ce procès et notamment celui d’un ancien membre du GUD repenti (présidé à l’époque par Chatillon) sont accablantes...

Il cite :

"...Sa haine maladive des Juifs" et évoque la protection assurée par les gros bras du GUD à Robert Faurisson négationniste notoire. Il évoque aussi en 1993 un meeting du GUD à la mutualité de Paris qui se termine par des "Sieg Heil" accompagnés de saluts nazis. Le meilleur est pour la fin : Au cours d’un dîner donné en mémoire de l’anniversaire du Führer, Chatillon exhibe un portrait d’Hitler et l’embrasse...

Lorsque vous apprendrez que l’agence de communication Riwal travaille également pour le régime syrien de Bachar El Hassad [2] et que Chatillon a effectué un déplacement en Syrie en 2006 en compagnie de Dieudonné et Alain Soral, vous aurez une meilleure idée de ce personnage, dont l’épouse, Marie d’Herbais de Thun, amie d’enfance de Marine Le Pen et présentatrice du blog de Jean-Marie Le Pen est employée au service de communication du FN. [3]

Alors, avec le Front crions "Sieg Heil" ! La chemise brune est comprise dans le kit de com...


[1D’après les RG, ils étaient estimés à 3500 militants en 2004

[2Voir l’article du Midi Libre en 2012 sur ce sujet

[3Source Wikipédia