Le blog de grand-Pierre

Infos - états d’âme - le Vigan en Cévennes méridionales (Gard)...

Accueil > De tout et de rien > Je suis révolter

Je suis révolter

vendredi 20 décembre 2019, par grand-Pierre

Les temps sont à la contestation, voir à la révolte et même presque à la révolution... Enfin oui, presque.

Alors du coup, moi, Grand-Pierre, je me révolte aussi voyez-vous lorsque je croise un participe passé qui se prend pour un infinitif et vice versa.

Insupportable !

Supporteriez-vous la vue d’un poil de nez dans votre mayonnaise ? Non ! Celle d’un dentiste qui aurait trop bu ? Non ! D’un politique en campagne qui dirait la vérité ? Non, non et non !

Il y a certaines choses qui sont proprement insupportables.

Eh bien moi, Grand-Pierre, bien que n’étant pas tellement plus malin que la moyenne, ni plus instruit, je ne supporte plus que l’on prenne l’infinitif des verbes du premier groupe pour son participe et vice versa.

Il était temps chers amis lecteurs que quelqu’un réagisse, qu’une voix s’élève enfin pour remettre les é et les er à leurs places respectives. Qu’une saine colère retombe en grondant sur tous ces blogueurs et autres rédacteurs de forums à la petite semaine qui écrivent comme on leur a hélas sans doute appris, c’est-à-dire affreusement mal.

Ils sont devenus tellement nombreux qu’ils représenterons bientôt la norme, les idiots de l’idiome en quelque sorte, et que l’académie se verra contrainte de réformer l’orthographe pour adapter la langue plutôt que de corriger cette dérive catastrophique. Dérive invisible auparavant, je veux dire avant les réseaux sociaux, car tous les textes publiables tombaient fatalement à cette époque sous le regard inflexible d’un correcteur syndiqué (syndiqué = é).

Mais de correcteurs il n’y en a plus guère sauf à être numériques et nuls en grammaire...

Manger ou mangé ?

Alors je vais être obligé (é) une fois de plus de me dévouer à la cause publique et de travailler (er) à sortir notre belle prose française du bourbier où elle se trouve.

Je vous propose d’écouter, cela se passait dans les années soixante, mon cher professeur Biquette (nous le nommions ainsi pour sa barbichette) nous enseigner sans façon le bon moyen de comprendre ces choses enténébrées :

"... Je me pointe au zoo de Vincennes vers les midi et je trouve porte close avec ce petit mot épinglé : Le gardien a été mangé. J’imaginais aussitôt un fauve rôdant dans les parages lorsque le directeur du zoo, récriminant contre son gardien ignare, corrigea le billet ainsi : Le gardien est allé manger..."

Notre prof nous enseigna encore en cinq minutes le petit truc qui consiste à remplacer le verbe du premier groupe par un verbe du troisième pour contrôler la phrase : Le lion a été attraper se corrige facilement si l’on dit à la place le lion a été prendre ce qui alerte notre oreille.

Donc en dix minutes en tout, ce cher vieux Biquette nous avais mis clairement en tête et pour la vie ces problèmes d’infinitif et de participe passé (é) bien que n’ayant pas suivi lui-même de séminaires pédagogiques à répétition sur la conscience phonologique à la variable orthographe ni particulièrement étudié non plus ce que sont les données pédagogiques normatives.


Mais me direz-vous chers blogueurs ignares, Biquette, c’est le passé. Pourquoi tout ce tracas alors que de l’orthographe, sur nos forums, on s’en fout complètement !

Ah, encore une chose. Ce cher homme et sa femme (pingouin et goéland) avaient passé l’occupation à planquer des enfants juifs et ils montèrent un orphelinat plein de fleurs et d’oiseaux à la libération. Il se nommait Roger Hagnauer.

Merci pour tout Biquette.