Le blog de grand-Pierre

Je panse donc j’essuie (Devise du palfrenier)

Accueil > Néo-libéralisme > Etranges touristes

Etranges touristes

jeudi 3 avril 2008, par grand-Pierre

Certaines entreprises proposent aux salariés licenciés des reclassements à l’étranger.

esclavage contemporainLe code du travail impose aux entreprises qui licencient de proposer des solutions de reclassement aux salariés concernés.

Cette disposition, destinée au départ à protéger les salariés comporte un effet pervers. Ces derniers temps plusieurs entreprises ont proposé des reclassements dans leurs succursales à l’étranger. Bien sur, le salarié transplanté devrait accepter les conditions de salaire et de travail du pays concerné.

C’est ainsi que Lycos a proposé fin Mars à 34 des 75 salariés licenciés un poste à... Érévan en Arménie. Salaire : divisé par dix ! Ceux-ci avaient pourtant accepté l’année dernière de renoncer à 30% de leur RTT pour aider Lycos à réaliser des économies.

Sem Suhner, une PME alsacienne a récemment proposé à 9 salariés licenciés un reclassement en Roumanie pour une salaire de 110 € brut par mois pour 40 h hebdomadaires.

L’usine Amphénol-Socapex de Dole quand à elle, propose des reclassements en Chine ou au Mexique pour 2 € de l’heure... On ignore si le bol de riz est compris.

Ces entreprises répondent avec ces propositions aux exigences du code du travail. On imagine facilement le ravissement des malheureux licenciés pour qui ces propositions de reclassement sont perçues comme une vexation supplémentaire.

Pourquoi ne pas proposer également l’euthanasie en Suisse dont l’actualité nous parle tant en ce moment ? Tant qu’à faire du tourisme !


Source : Arnaud Gonzague
Le Nouvel Observateur