Le blog de grand-Pierre

Infos - états d’âme - le Vigan en Cévennes méridionales (Gard)...

Accueil > De tout et de rien > Alertes météo : Y-a un loup !

Alertes météo : Y-a un loup !

jeudi 1er novembre 2018, par grand-Pierre

Au loup ! Au loup ! criait le petit pour se rendre intéressant.

Mais lorsque le loup surgit pour de bon... Personne n’y croyait plus.

Dring ! Alerte météo

Si le loup fait effectivement reparler de lui ces temps-ci, je voudrais plutôt dans ce billet aborder le problème des alertes météo.

La thermodynamique de notre atmosphère n’est certes pas choses simple. Etudier ces tourbillons d’air, plus ou moins humides et toujours volatils nécessite de puissants moyens, scientifiques ou techniques, et la fiabilité des prévisions ne peut être totale, même si cette science a beaucoup évolué ces dernières décennies.

Prévoir et savoir

La sentence météorologique la plus fiable (attribuée à tord par un facétieux au regretté Albert Simon) serait sans aucun doute celle-ci : "Demain il fera beau à moins qu’il ne pleuve".

Ce type de bulletin météo minimaliste aurait certes l’avantage d’obliger nos concitoyens à observer attentivement les signes que connaissaient les anciens, comme la buée se formant sur le robinet de la fontaine et qui précède la pluie ou bien le soleil rougissant le ciel du matin qui vous incite à aller votre chemin...

Mais les choses étant ce qu’elles sont de nos jours, ces mêmes concitoyens lorsqu’ils veulent connaitre le temps qu’il fera, interrogent de préférence leur portable, oracle incontournable, et ne spéculent plus sur leurs observations personnelles de la météo, ce qui d’ailleurs est peut-être préférable à tout prendre.

Et, lorsque les éléments naturels se déchaînent comme ils savent de mieux en plus mal le faire, les éléments, cette fois-ci médiatiques et à ce titre encore plus redoutables, prennent le relais et inondent les ondes de commentaires sur la carence des services de l’état qui n’auraient pas prévenu à temps les malheureux sinistrés.

Le pépin

C’est alors ici que météorologues et fonctionnaires ouvrent grand leur parapluie et nous alertent à qui mieux mieux à la première menace venue. Le téléphone sonne chez les élus des collectivités et les personnes en charge de la sécurité publique, parfois même de nuit, afin de les prévenir d’une "alerte météo de niveau 3 orange" etc. etc.

Au vu des enjeux de sécurité publique et des enjeux économiques impliquant les dégâts d’inondation ou de ruissellement on comprend bien que les alertes soient une nécessité. La question, qui nous ramène au petit garçon qui criait au loup, concerne la crédibilité des ces alertes. Etant par essence insuffisamment précises elles sont déclenchées à l’échelle d’un département et peuvent parfois contraindre les communes à suspendre le ramassage scolaire alors que pas une goutte d’eau ne tombe.

Une autre solution ?

Comment contourner le syndrome du parapluie administratif tout en assurant correctement les alertes météo ? Vaste sujet.

Certaines communes, comme Le Vigan par exemple, sont abonnées à des fournisseurs de données météo en temps réel et peuvent connaître précisément les risques à une échéance rapprochée. Suivre les cellules orageuses quelques heures avant qu’elles n’atteignent leur territoire garantit une visibilité suffisante aux responsables.

Pourquoi donc, ne pas adopter ce système de prédiction à l’échelle départementale en déclenchant des alertes qui seraient à la fois plus précises et plus proches de l’épisode météo concerné ? La solution idéale est improbable mais il y a certainement une réflexion à avoir sur ce sujet afin de crédibiliser ces alertes dont nombreux sont ceux qui n’en tiennent plus compte.

Au loup ! Au loup !