Le blog de grand-Pierre

Infos - états d’âme - le Vigan en Cévennes méridionales (Gard)...

Accueil > De tout et de rien > Vous avez aimé Ben Ali, vous adorerez Benalla

Vous avez aimé Ben Ali, vous adorerez Benalla

samedi 21 juillet 2018, par grand-Pierre

La communication de l’Elysée perturbée par une lamentable affaire de beignes...

L’affaire Benalla

Alexandre Benalla fait actuellement la une des médias presque trois mois après ses exploits place de la Contrescarpe le premier mai 2018.

Que faisait donc un proche collaborateur du président de la république, affublé d’un casque de policier, à jouer les nervis en brutalisant les manifestant, dont une femme, le jour de la fête internationale du travail ?,

On nous explique qu’il a été sanctionné dès les faits connus par son employeur... Quinze jours de mise à pied pour ne pas avoir respecté les consignes en intervenant avec les forces de l’ordre au lieu de se contenter d’observer. Oui mais il est actuellement sous le coup d’une enquête préliminaire du parquet de Paris pour « usurpation de fonctions » et « usurpation de signes réservés à l’autorité publique ».

Pas vraiment astucieux ce type qui avait un bon job au service présidentiel et qui l’a maintenant perdu [1] pour s’être comporté comme le premier CRS venu et cela devant les smartphones de plusieurs témoins. Quel grand flic !

Un système installé sur une montagne de Com

Mais les mésaventures de Beigne-alla, dont les oppositions se sont emparées avec volupté en oubliant d’ailleurs qu’elles ne disposent pas elles-même d’un certificat de virginité concernant les affaires tordues, mettent en lumière la fragilité d’un système qui repose essentiellement sur la Com...

Com présidentielle à tout va affichant un président transformé en gaulois Hystérix gesticulant dans sa tribune pour la victoire des bleus, Com de l’opposition dans son rôle de gardienne vigilante de la légalité républicaine... Tout n’est à l’évidence que Com ici bas.

Alors, lorsqu’un personnage de la pièce se met à interpréter un rôle qui ne devrait pas être le sien en tant que "proche collaborateur du président", rien ne va plus et le rideau retombe sous les huées du public.

Cet incident de parcours ne sera sans doute plus dans quelques mois qu’un épisode oublié du mandat présidentiel. Mais il illustre très bien, pour le citoyen lambda mais conscient tout de même de la fragilité de ses certitudes, l’omniprésence de cette Com qui tend de plus en plus à occuper l’espace au détriment des réalités mais qui, malgré tout de temps à autre, rate une marche et s’étale de tout son long.

Com présidentielle, Com gouvernementale, Com des partis, mais également Com de la presse donnant le ton des événements, et pour finir le tsunami de la Com publicitaire omniprésente sur les chaînes télé, le Web et dans la presse magazine. Nous baignons en permanence dans un flux incessant d’éléments de langage et d’images post-traitées.

Finalement, ce ne sont que les couacs comme celui produit par cet ineffable Benalla qui nous permettent de nous resituer un peu au sein de cette cacophonie.

Merci donc à toi cher (ex) collaborateur présidentiel.


[1Il a finalement été viré une fois le scandale révélé