Le blog de grand-Pierre

Infos - états d’âme - le Vigan en Cévennes méridionales (Gard)...

Accueil > Naturalisme > SChhhiiiisssssssst : Alerte au gaz !

SChhhiiiisssssssst : Alerte au gaz !

vendredi 21 janvier 2011, par grand-Pierre

DERNIERE MINUTE :

Aux dernières nouvelles monsieur Charles Fuyons, premier ministre aurait suspendu les autorisations de prospection dans l’attente d’études sur l’impact environnemental des forages.

A part les grands médias nationaux, étonnamment silencieux sur le sujet, qui n’a entendu parler du gaz de schiste ?

Un ministre de l’énergie plutôt que de l’environnement

Depuis que les permis de prospection ont été délivrés par monsieur Jean-Louis Borloo, un (ex) ministre [1] qui fera date dans l’histoire de l’écologie en France, concernant les gisements de gaz "non conventionnel" dit gaz de schiste, nos boîtes mail débordent littéralement de messages d’alerte tournant en boucle.

Gaz non conventionnel

un site d'extractionBrièvement expliqué, il s’agit d’extraire du gaz naturel se trouvant prisonnier de roches poreuses. Les gisements étant diffus et non sous forme de grandes poches, leur extraction exige l’utilisation de techniques [2] très agressives pour l’environnement ainsi qu’une énorme consommation d’eau.

Les prix à la hausse justifient les coûts d’extraction

Ces permis de prospecter seront probablement transformés en permis d’exploitation si la prospection se révèle fructueuse. De vastes zones de notre pays sont concernées [3] car les gisements, par leur caractère diffus, sont évidemment très étendus. D’autre part, et ceci est alarmant, les enjeux sont importants du fait des quantités estimées de cette nouvelle ressource. Le prix du gaz "traditionnel" augmentant sans cesse [4] permet d’envisager une exploitation rentable sur le plan économique de ces gisements et certains aux états-unis parlent déjà, et sans doute un peu rapidement, d’une possible autonomie énergétique.

Alors que les alertes sur la destruction programmée de notre environnement commencent à imprégner les consciences et que des politiques visant à restreindre les diverses pollutions sont timidement misent en place, les compagnies pétrolières vont-elles tout remettre en cause avec l’appui des Etats-Unis et de l’Europe ?

Pétroliers et gaziers en embuscade

La volonté de maintenir la croissance à n’importe quel prix, appuyée sur des politiques consuméristes et énergivores sera-t-elle bâtie sur les ruines de ce pauvre Grenelle de l’environnement ? Malheureusement nous connaissons les méthodes des pétroliers et des états lorsqu’il s’agit de prédation de sources d’énergie. Rien ne les arrête ; nous avons pu le constater avec le déclenchement de la guerre en Irak pour le contrôle des champs pétroliers sous le prétexte d’instituer la démocratie et de neutraliser un arsenal... Qui n’existait pas !

Quelle énergie demain (s’il en reste)

Les énormes quantités de gaz de schiste qui seraient disponibles dans le monde [5] et leur rentabilité sont des éléments extrêmement inquiétants (si elles étaient exploitées) pour l’avenir de l’environnement planétaire. Cette ressource risque-t-elle de gagner sur les autres pour être la première sur le marché à produire les quantités d’énergie réclamées par une croissance exponentielle de la production de marchandises et de leur transport ? Les énergies renouvelables, bien qu’étant écologiquement-compatibles pourront-elles fournir les même volumes d’énergie que le gaz de schiste ? Bien évidemment que non, du moins dans l’état actuel des choses.

Faut-il se résigner pour autant devant la loi du business et les politiques à court terme qui privilégient le maintien d’un fonctionnement devenu obsolète et catastrophique à brève échéance ? Combien faudra-t-il encore de cyclones et d’inondations, de tempêtes et de canicules, de conflits pétroliers ? De guerres de l’eau ?

Soyez donc rassurés :Il y aura encore de jolies contestations à mener ! [6]

Venez donc nombreux le 24 février, salle Jeanne d’Arc au Vigan pour en savoir plus sur ce sujet.

Ci-dessous un infographie représentant les zones où la prospection est autorisée. On remarque que la limite Nord pour ce qui nous concerne, passe au niveau de Nant. Or le Vigan, situé en-dessous de cette ligne, est donc inclus dans le périmètre à prospecter.

Les zones de prospection


[1Ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire

[2Sous licence américaine

[3Nord-Est et Sud-Ouest

[4Et cela ne risque pas de changer puisque les réserves sont en baisse et que le fameux "pic" est déjà derrière nous

[5Il faut sans doute relativiser cette donnée car seul un certain pourcentage de ces réserves estimées serait exploitable

[6D’autant que le secteur local (Viganais-Larzac) se trouve dans la zone de prospection. Merci monsieur Borloo, on ne vous en demandait pas tant.

Messages